Connection

Blog de la Mission Sismaoré

Réponses aux questions de Izayasse, Youssaïra et Maël - CM2 de Mangajou

J’ai eu le plaisir de recevoir les questions de la classe de CM2 de Mangajou mercredi 27 janvier.
Je suis allé les poser à différents scientifiques et voici leurs réponses :





Question de Izayasse : Savez-vous si la poche de magma est assez grande pour que le volcan puisse émerger (et quand ) ?

Réponse de M Julien BERNARD

Julien est géologue au BRGM. Il était à bord du Pourquoi pas ? pendant le leg 1 de la mission SISMAORE. Julien a eu la gentillesse de nous répondre par mail depuis la métropole :

JPEG - 386.5 ko







"la réponse rapide serait sans doute « non » en toute modestie, mais la réponse un peu plus nuancée consisterait à dire que les premières études semblent montrer que la chambre magmatique, bien qu’elle soit assez gigantesque, ne sera pas suffisante pour permettre au volcan d’émerger au cours de cette éruption. Il va falloir qu’elle se recharge, et que d’autres éruptions se produisent pour que le volcan puisse émerger. C’est un processus lent, qui prendra sans doute des milliers (voire des dizaines de milliers) d’années.
Et il n’est pas exclu non plus que la prochaine éruption ait lieu ailleurs, et que le volcan reste un mont sous-marin comme les centaines de ses frères et sœurs que l’on a imagé au cours du leg 1"





Question de Youssaïra : je voudrai savoir si l’on a déterminé la raison pour laquelle le volcan est apparu à cet endroit précis ?

Réponse de Mme Cécile DOUBRE

Cécile est enseignante chercheur rattaché à l’ITES (Institut Terre environnement de Strasbourg) et à l’EOST (Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre) à bord du Pourquoi pas ? en ce moment :

JPEG - 251 ko




Question de Maël : je souhaite savoir quelle est la hauteur du volcan de Mayotte et comment note on son altitude (positivement ou négativement) sur une carte ?

Réponse de Mme Emilie HARDOUIN

Emilie est technicienne en électronique et informatique à Génavir.
Emilie s’occupe de traiter les données brutes pour les rendre lisible aux scientifiques. Pendant la mission SISMAORE, elle s’occupe de traiter les données de la bathymétrie.


Partager cet article
Auteur : Paul Deparis
publié le jeudi 28 janvier 2021